DSC_4190

L’Examen Périodique Universel (EPU) est un   mécanisme du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies en vertu duquel le Conseil examine, chaque quatre (04) ans et demi, le respect par les 193 États membres des Nations Unies, de leurs obligations et de leurs engagements en matière de droits humains.

La Côte d’Ivoire a été  examiné pour le premier cycle  en décembre 2009.

Le deuxième  examen de la Côte d’Ivoire  a eu lieu en Avril 2014, lequel examen a donné suite à des  recommandations qui sont au nombre de 186  et la Côte d’Ivoire  a accepté 181  recommandations et a rejeté les 5 autres.

La mise en œuvre de ces recommandations, comme l’exige le mécanisme de l’EPU, doit faire l’objet de suivi par l’Etat, les Organisations Non Gouvernementales et de  la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI).

Ainsi, dans l’optique de mettre en œuvre ces recommandations et de proposer   des stratégies   de vulgarisation,  le Comité de Suivi des recommandations de l’EPU, composé  de la CIDDH, du  CEF-CI, de la LIDHO, du Club UA-CI, du MIDH a  organisé  un  atelier dont l’objectif général était de contribuer au suivi de la mise en œuvre des  recommandations acceptées par la Côte d’Ivoire en Avril 2014.

Cet atelier qui a bénéficié de l’appui financier  de CIVICUS, (alliance mondiale pour la participation citoyenne) partenaire de la CIDDH depuis le premier cycle de l’EPU s’est tenu le mardi 14 avril 2015 à la résidence Koriet/Cocody, Angré.

A l’issue de cet atelier qui a regroupé 20 participants, les recommandations évoquées se déclinent comme suit :

Au gouvernement

  • Mettre  en place d’un organe central de suivi   des recommandations de l’EPU ;
  •   Répertorier les recommandations non encore exécutées
  •  Produire un rapport de suivi à mi-parcours des recommandations de l’EPU ;
  • Présenter  un rapport de suivi de la mise en œuvre de la recommandation aux organisations de la société civile ;

Aux Organisations de la Société Civile

  • Faire un monitoring quotidien de la mise en œuvre  des  recommandations ;
  • Faire un plaidoyer auprès de l’Etat pour  une présentation  annuelle  du niveau d’exécution  des recommandations issues de l’EPU ;
  • Faire  un  Plaidoyer permanant auprès des autorités et partenaires internationaux (diplomates, systèmes des Nations Unies, organisations internationales)  afin d’emmener le gouvernement à  mettre en œuvre les recommandations acceptées;
  • S’ approprier  du plan d’actions prévu par le gouvernement  et autres partenaires (techniques) dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations ;
  • Faire connaître les objectifs et les  missions de l’organe de suivi des recommandations de l’EPU ;
  • Documenter quotidiennement les violations des droits des femmes et des enfants
  • Plaidoyer auprès des institutions diplomatiques afin d’emmener le gouvernement a réellement mettre en œuvre les recommandations acceptées
  • Cibler les pays ayant fait les recommandations à l’Etat et ayant leur  mission diplomatique en Côte d’Ivoire  pour le lobbying auprès du gouvernement ;

 

Aux partenaires 

Appuyer  techniquement et financièrement  les Organisations de la Société Civile dans la  mise en œuvre des recommandations  de 2014.

Share Button