« Les sièges et domiciles des défenseurs des droits de l’homme sont inviolables…… »  article 6 de la loi ivoirienne sur la protection des défenseurs des droits de l’homme

Nos organisations sont vivement préoccupées par les Cambriolages ciblés des sièges de l’APDH et du MIDH survenus respectivement dans la nuit du 14 au 15 et dans la nuit du 19 au 20 Mai 2015. Les intrus auraient emporté avec eux de précieux documents et un ordinateur contenant des données confidentielles. Ces cambriolages qui interviennent à quelques mois du scrutin présidentiel, annoncé pour le mois d’octobre, inquiètent les défenseurs des droits de l’Homme qui ont encore en mémoire les douloureux événements générés par les élections  de 2010.

Pour rappel, en  2006, les sièges de la LIDHO et de l’APDH avaient été saccagés par un groupe d’étudiants se réclamant de la FESCI.

Aussi, lors de la crise postélectorale, des leaders d’organisations des droits de l’Homme et des journalistes  avaient  été victimes de menaces et d’intimidations. Certains défenseurs ont été même contraints à l’exil. Le président de la délégation de l’APDH à Daloa (Yao Kpangba) avait été abattu à son domicile devant sa femme et ses enfants par des hommes en armes.

Les Défenseurs des Droits de l’Homme, dans l’exercice de leurs activités, doivent jouir de l’ensemble des mesures de protection que leur confèrent la Déclaration des Nations Unies sur les Défenseurs des Droits de l’Homme, la Déclaration de Grand Baie et la Déclaration de Kigali. Aussi, faut-il noter que la Côte d’Ivoire s’est dotée d’une loi portant promotion et protection des Défenseurs des Droits de l’Homme (Loi N° 2014-388 du 20 Juin 2014) qui en son article 6 protège les sièges et les domiciles. Tout en exprimant leur soutien aux  collègues de l’APDH et du MIDH, les organisations signataires formulent les recommandations suivantes:

1-   Aux autorités judiciaires  

–      Prendre les mesures qui s’imposent en pareille circonstance pour rechercher et traduire devant la justice les auteurs de ces cambriolages

–       Prendre des mesures nécessaires pour protéger les Défenseurs des Droits de l’Homme  et leurs lieux de travail conformément à l’article 6 de la Loi N° 2014-388 du 20 Juin 2014 portant promotion et protection des droits des défenseurs des droits de l’homme

 

2-   Aux partenaires

–      Apporter un appui pour le renforcement de la sécurité des Défenseurs des Droits de l’Homme, particulièrement en période électorale

3-   Aux organisations de la société civile

–      Faire preuve de solidarité entre défenseurs des droits de l’Homme d’une part, et d’autre part de prendre des mesures internes (dispositions pour sécuriser) de protection des défenseurs des droits de l’Homme et de leurs locaux

 

Fait à Abidjan, le 1er Juin 2015

–      la Coalition Ivoirienne des Défenseurs des Droits de l’Homme (CIDDH)

–      le Réseau Ouest-Africain des Défenseurs des Droits Humains (ROADDH)

–      le Service International pour les Droits de l’Homme (SIDH)

Share Button