Dans le cadre de l’exécution de son projet de renforcement de la protection des Défenseurs des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire, financé par la Fondation Américan Jewish World Service (AJWS) , La Coalition Ivoirienne des Défenseurs des Droits Humains (CIDDH), a organisé les Jeudi 15 Décembre, Vendredi 16 décembre 2016, Jeudi 26 Janvier et Vendredi 27 Janvier 2017, des séances de groupes d’intérêt et de discussion sur la liberté d’expression les industries extractives, la gouvernance et les élections et les groupes vulnérables.
L’objectif de ces séances de discussions était de s’enquérir des risques et opportunités auxquels font face les Défenseurs des Droits de l’Homme qui travaillent sur ces thématiques.

Au cours des discussions, il ressort qu’au plan légal, des lois, règlements et dispositions légales existent mais ne sont pas mises en application. Pour certaines lois, les décrets d’applications ne sont pas encore effectifs. C’est le cas de la loi N°2014-388 du 20 Juin 2014 portant promotion et protection des Défenseurs des Droits de l’Homme et la loi N°594-98 en faveur des personnes handicapées.
Aussi, les Défenseurs des Droits de l’Homme continuent d’être victimes de menaces à partir de numéros téléphoniques masqués, de surveillance. Certains reçoivent des SMS, appels anonymes répétitifs et ont l’impression d’être sur écoute. D’autres, victimes d’intimidations, de menaces d’arrestation, de bavures des hommes en tenue qui souvent ne sont pas outillés sur les questions de lois et des Droits de l’Homme.

Share Button