L’Examen Périodique Universel (EPU) est un mécanisme de défense des droits de l’Homme mis en place par la résolution 5/1 du Conseil des Droits de l’Homme du 18 Juin 2007 et qui permet d’examiner, sur une base périodique, le respect des obligations assumées et des engagements souscrits dans ce domaine par les Etats membres de l’Organisation des Nations Unies.

Avant le prochain examen de la Côte d’Ivoire en 2019, un atelier de consultation avec les Ministères techniques a été organisé à Abidjan les 30, 31 Juillet et 1er Août 2018, sur la mise en œuvre des recommandations acceptées par la Côte d’Ivoire lors de son examen au second cycle de l’Examen Périodique Universel (EPU).

Cet atelier est organisé par le Comité de Suivi des recommandations de l’EPU en partenariat avec le Secrétariat d’Etat en charge des Droits de l’Homme et la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire avec l’appui financier du Bureau Régional Afrique de l’Ouest du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l’Homme.

L’atelier  a pour objectif de collecter et consolider les informations nécessaires à l’élaboration du projet de rapport alternatif de la société civile à l’EPU et des rapports du Gouvernement et de la Commission Nationale des Droits de l’Homme.

Au programme, on note une session d’information sur le processus de l’EPU, animée par la Coordinatrice du Comité de Suivi EPU ; un panel avec pour intervenants : le Directeur des Droits de l’Homme (Secrétariat d’Etat en charge des Droits de l’Homme/Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme), le Directeur Général de la Solidarité (Ministère de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la lutte contre la pauvreté), le chef de service à la Direction de coordination du Programme national Santé de la mère et de l’enfant (Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique), la Directrice Générale de la Femme (Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant) ; une session des Ministères techniques au cours de laquelle chaque Ministère technique a exposé sur les actions menées quant à la mise en œuvre des recommandations de l’EPU le concernant. La modération du panel a été assurée par le Chef du Département des Droits Economiques, Sociaux et Culturels de la CNDHCI et la modération des travaux par le Directeur des Droits de l’Homme.

La cérémonie d’ouverture de l’atelier a vu la présence effective de la Secrétaire d’Etat auprès du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, chargée des Droits de l’Homme ; de la Présidente de la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire ; du Représentant du Coordinateur Résident du Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire.

Share Button