Genève, Juillet  2019

Déclaration orale conjointe de  la Coalition Ivoirienne des Défenseurs des Droits Humains (CIDDH) et International Service for Human Rights (ISHR)

En marge de l’examen du quatrième rapport périodique de la Côte d’Ivoire Comité pour l’élimination de la discrimination envers les femmes (CEDEF), tenu le 5 Juillet 2019 à Genève, la Coalition Ivoirienne des Défenseurs des Droits Humains (CIDDH) et International Service for Human Rights (ISHR) ont produit un rapport alternatif conjoint sur les thèmes prioritaires suivants :

  • Protection des Femmes Défenseures 
  • Droit à la santé de la femme : Mortalité liée à la maternité 
  • Accès à la propriété foncière
  • Lutte contre les violences à l’égard des femmes 
  • Lutte contre les discriminations à l’égard des femmes
  • Représentation des femmes dans les instances de décision 

A la date du 1er Juillet 2019, lors de la session ouverte des ONG qui ont fait des déclarations orales, la Coalition Ivoirienne des Défenseurs des Droits Humains, a fait sa déclaration orale (en 5 mn) sur la base du rapport alternatif conjoint CIDDH/ISHR avec un accent particulier mis sur trois (03) thèmes prioritaires : 

  • Protection des Femmes Défenseures 
  • Droit à la santé de la femme : Mortalité liée à la maternité 
  • Accès à la propriété foncière

Au cours des échanges, la Coordinatrice Nationale de la Coalition Ivoirienne des Défenseurs des Droits Humains, Mme Pédan Marthe COULIBALY,  a expliqué le contenu du mécanisme indépendant du suivi de la mise en œuvre effective de la loi nationale de protection des Défenseurs des Droits Humains et comment ce mécanisme pourrait prendre en compte le besoin spécifique de la Femme Défenseur des Droits de l’Homme.

Concernant l’accès des femmes à la terre, elle a précisé que du fait des pesanteurs culturelles dans certaines régions, il n’est pas admissible que les femmes soient propriétaires de terre.

Elle a également clarifié la procédure de délivrance de certificat foncier un peu difficile pour les femmes qui pour la plupart n’ont pas une autonomie financière et ont des ressources financières insuffisantes. Ce qui constitue un obstacle pour l’accès des femmes à la terre en plus des 

Concernant, l’éducation des filles, la Coordinatrice de la CIDDH a relevé que le défi actuel est le maintien des filles à l’école et la nécessité de leur permettre d’atteindre le niveau universitaire. Elle a recommandé que des bourses d’étude soient accordées aux filles meilleures élèves et celles dont les parents sont démunis financièrement.

Aussi, faut-il noter que International Women’s Rights Action Watch Asia Pacific (IWRAW) qui a apporté un appui financier à la participation de la CIDDH à la session du CEDEF/CEDAW a initié un lunch-briefing (déjeuner-briefing) des ONG ivoiriennes présentes avec les membres du Comité CEDEF. Une rencontre qui a permis de discuter amplement certaines problématiques liées aux droits de la femme en Côte d’Ivoire et relevées lors des déclarations orales des ONG.

La Coordinatrice Nationale de la CIDDH a également participé en tant qu’observateur à la session de l’examen du quatrième rapport périodique de la Côte d’Ivoire pour le Comité pour l’élimination de la discrimination envers les femmes (CEDEF), le 5 Juillet 2019 à Genève.

Cliquez ici pour lire la vidéo

Share Button